Séminaire le 28 Septembre: Les jeunes Grecs, la Démocratie et la crise

Le prochain séminaire du centre Edgar Morin aura lieu

le 28 septembre – de 15 h à 17 h (salle 6, 105 bd Raspail 75006 Paris) sur le thème :

Les jeunes Grecs, la Démocratie et la crise : étude longitudinale et qualitative à partir d’un regard de psychologie culturelle et politique.

Thalia Magioglou, C.E.M./IIAC

thalia.magioglou@gmail.com; https://epops.hypotheses.org

La présentation se focalise sur les deux axes de mon travail concernant les représentations de la démocratie chez les jeunes Grecs. Le premier axe est celui de la psychologie politique, culturelle et sociétale. Il est question de dynamiques culturelles et idéologiques du « global politique » (Marc Abelès), des imaginaires et représentations partagés et ancrés dans des modes de vie de la région. Le deuxième axe associe la pensée au discours, aux « logiques » sociales et il a recours à la pragmatique en linguistique et à la science de la logique au niveau méthodologique.

Plus précisément, les études menées sur les représentations sociales de la démocratie avec des populations de jeunes Grecs à Athènes ont eu lieu avant la dernière crise (1999 ; début 2009) et pendant (2010 ; 2015) avec des entretiens non-directifs. Le dernier volet des entretiens est en cours parce que les élections de janvier et septembre 2015 ainsi que le référendum du mois de juillet 2015 sont considérés comme des formes de « rupture » du modèle politique dominant après la fin de la dictature de 1974 en Grèce. Le choix de la temporalité des entretiens s’appuie sur les périodes de « transition » liées au cadre socio-politique et sera justifié.

Au niveau théorique, les entretiens sont orientés vers la représentation du « bien » commun, de la « société désirée » ou des formes de « pensée utopique ». (Magioglou, 2008 ;2014). La conception du sens commun qui découle de ce travail s’inspire de la psychologie sociale (i.e. Moscovici, 1984), mais la question spécifique de la démocratie m’a aussi orientée vers des lectures de pensée politique qui ont modifié le concept initial que je vais proposer à la discussion.

Au niveau méthodologique je présenterai l’analyse de discours appuyée sur l’usage de connecteurs (inspiré des travaux d’Anscombre et Ducrot ainsi que de Carel).

Appel à contributions workshop « Pensée Utopique et Logiques, Istanbul, 24 Juin 2015

5th Congress of Universal Logic

This is the fifth edition of a world event organized by Prof. Jean-Yves Beziau of the Univ. of Rio, Brazil, dedicated to universal logic with invited talks by some of the best alive logicians and a selection of contributed talks. This event is intended to be a major event in logic, providing a platform for future research guidelines. Such an event is of interest for all people dealing with logic in one way or another: pure logicians, mathematicians, computer scientists, AI researchers, linguists, psychologists, philosophers, social scientists, etc. (http://www.jyb-logic.org/start1.htm).

Workshop « Utopian thinking and Logic-s », Istanbul, 2015

Keynote speaker: Pr. Jaan Valsiner (Clark Univ., U.S.A.)

Organization: Magioglou Thalia (EPoPs/FMSH, C.E.M./IIAC, Paris, France)

Following the symposium organized in July 26 at Andros island, Greece by Stefaneas (National Technical Univ. of Athens) and Magioglou (EPoPs/FMSH, Paris), on “Logic and Utopia” this workshop focuses on the Plural logics of Utopian thinking. Utopian thinking will addressed from an interdisciplinary perspective.

Utopias as projects of future societies have historically been present since ancient Greece, with the example of Plato’s and Aristotle’s Polities, but the term is created by Thomas More in England. Desire, perfectionism and (im)possibility to become reality have been some of its aspects in the past, as well as a form of criticism of the present situation. In this way, they are impregnated by culture, socially and historically constructed and open to revision. Utopias are also present in a less elaborate way, in the projects and social representations of political and social actors, part of social and political identities.

How does utopian thinking use “logic”?

The concept of logic will be is addressed in its plurality: not only a. « logos », philosophical reasoning and b. language, but also c. as “social logic” of people who are not “experts”, knowledgeable or powerful on a particular field, but instead, “ordinary citizens”. The workshop focuses particularly on the perspective of the social and political actors in different cultural contexts, in other words, the utopian logic-s of lay or everyday thinking.

The plural aspect of logic is present in the notion of utopia, and particularly the political utopias will be also discussed as prospective of better worlds. The common good, the notion of the Polis and “Demos”, will be confronted to studies that show concrete initiatives taken by local actors, in the direction of change. What distinguishes utopias from dystopias could be our representation of the common good, in other words, the objectives chosen.

Democracy, as well as economy, are examples of utopias related to the rationality of the modernity. They are imbricated in the contemporary societies to traditions (still active or reinvented) and religion. They allow new combinations, hybrids of meaning that multiply in the context of “global politics”, as producers of utopias, moral geographies, and imaginary identities that we are going to question.

Organizing Dimensions of the debate

Utopia in Imaginaries, Social representations and everyday/lay thinking

-The logic-s of power in everyday and political discourse

-Culture and subjectivities in utopias

-Utopian Temporalities

-Social Logics and forms of reasoning

Papers from cultural, political, social psychology, as well as anthropology, sociology, history and philosophy are particularly welcome

Call for papers

To submit a contribution send a one page abstract to: thalia.magioglou@gmail.com.

Conférence sur le « féminisme et ses fantômes » le 5 Décembre

EPoPs -Programme de Psychologie Politique Européenne

et le Programme Genre Politique Sexualité

de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, ont le plaisir à vous inviter

le mercredi 5 Décembre à 17h30, salle 641 (6e étage)

à la Conférence du Dr. Joao Manuel de Oliveira (Centre de Psychologie, Université de Porto, Portugal) :

Le féminisme et ses fantômes

qui aura lieu au 190 avenue de France (métro quai de la gare), à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme.

Cordialement

Thalia Magioglou, Christiane Veauvy

Résumé : In the past two years, I have been working on a book on gender historiography trying to make sense of the multiple entanglements between feminism and gender theory. I have used the work of Benjamin, Derrida, Foucault and lately Deleuze and Guattari to understand the way how to tell a story of gender that : (a) is not based on a epistemology of history that only celebrates the winners, (b) takes gender as a pharmakon, ie, simultaneously medicine and poison for feminism; (c) uses the genealogy of gender as way to understand relations of power embedded in discourses; (d) allows an understanding of the mutations of the concept, its deterritorializations and re-territorializations, ultimately treating gender not as a concept, but as a rhizome.

Taking into account parts of the works of these philosophers I will present the cartography of three different accounts of this de-territorialized gender coming from a Western tradition of accounting for the ontology of masculinity and femininity. Using Avery Gordon’s (2008) proposal, of a sociology of ghosts and haunting and Freud’s account of the uncanny, I will summon some ghosts of gender theory, the invert, the hermaphrodite, the transsexual and the feminist, to ground my several possible narratives using figurations and their material-semiotic contexts (Haraway, 2008).

The last part of the talk will show how these ghosts are present in the work of Judith Butler that has actively summoned these ghosts and figures and dialogued with their work, creating a unique body of work on gender studies and feminist epistemology. This work of reframing the history of gender refusing to tell it as history, but rather as a cartography of several genealogies provides a possibility of training the imagination for epistemological performance (Spivak, 2011), a basic condition to understand the promiscuity of the concept of gender and its multiple effects on feminist theory.

http://www.degois.pt/visualizador/curriculum.jsp?key=2106295068789975

Qe’est-ce que la psychologie politique ?

Qu’est-ce que la psychologie politique?
1er CYCLE DE SEMINAIRES
chaque dernier lundi du mois à la MSH de janvier à juin 2003

Déroulement des séances :
Pendant l’année académique 2003-2004 EPoPs continue la réflexion sur la Psychologie Politique en organisant une série des séminaires.

A chaque séance, est présenté une étude en cours, associée à la problématique de la psychologie politique. Ensuite, à partir des présentations introductives et des interrogations qu’elles ont suscitées, l’ensemble des participants de la séance sont invités à débattre, notamment les aspects politiques, théoriques et méthodologiques . En s’appuyant sur cette présentation, les participants sont invités à débattre et à réfléchir de façon critique et novatrice. La dimension interdisciplinaire est assurée par l’intervention des discutants provenant de disciplines variées des sciences sociales. Dans cette démarche, les axes privilégiés par EpoPs – l’analyse du quotidien, des citoyen/nes ordinaires, du sens commun et notre conception élargie du politique- sont mis en question. Un compte-rendu écrit de chaque séance sera transmis aux membres d’EPoPs.

Des séances extraordinaires sont aussi prévues. EpoPs s’engage à élargir le débat en invitant des chercheurs des différents pays pour présenter leurs travaux.

Le 2e Cycle des séminaires est centré sur trois dimensions :
Questions de Participation Politique
Questions méthodologiques
Psychologie Politique Sociétale et idées démocratiques

* les textes accompagnés de ce symbole existent en version française et en version anglaise

a. Questions de Participation Politique

Jeudi 30 octobre 2003: Les Représentations Sociales et l’étude du politique.

Maria Geka présente les liens du modèle théorique des Représentations Sociales à l’étude du politique: notamment, elle accéntue la polysémie du politique, l’apport de la théorie des Représentations Sociales et son articulation aux axes de travail de l’EPOPS. Thalia Magioglou s’associe à cette présentation en approfondissant ce dernier aspect. sur les Représentations Sociales et leur lien à la problématique de la Psychologie Politique. Les articles suivants sont proposés:

BAUGNET, L. (2001). Discours des jeunes et comportement électoral, la “ classe politique ” en procès. Bulletin de psychologie, tome 54 (6), 456, novembre-décembre, 722-733.

BOURDIEU, P. (2000). Propos sur le champ politique, Paris, Presses Universitaires de Lyon.

DOISE, W. (1985). Les représentations sociales : définition d’un concept, in Connexions, n° 45, 243-253.

 

Jeudi 11 décembre 2003: Le Genre en débat: Le modèle de l’asymétrie symbolique du genre

Joao Manuel de Oliveira de l’ISCTE, Lisbonne, discute le modèle de l’asymétrie symbolique du genre. Il présente ce modèle et des recherches portugaises qui constituent son support empirique. Dans le débat qui suit il examine la contribution de ce type d’exploration empirique et théorique pour la psychologie politique, la psychologie sociale, la sociologie, et les études de genre. Les articles suivants sont proposés:

AMANCIO, L. (1997). The importance of being male : ideology and context in gender identities. Revue Internationale de Psychologie Sociale, 2, 179-198.

AMANCIO, L. (2003). Gender and Psychology: the analysis of an unhappy marriage under the light of social representations. In M. Lavalée, S. Vincent, C. Ouellet & C. Garnier. Les Représentations Sociales : constructions nouvelles. Montréal : Université du Québec à Montreal. Disponible sur la web : http://www.unites.uqam.ca/geirso/livre_repres_sociales/pdf/Section3/Genre/Amancio.pdf

de BEAUVOIR, S. (1949). Le Deuxième Sexe. Paris : Gallimard

GUILLAUMIN, C. (1991). Sexe, race et pratique du pouvoir. Paris: Coté – Femmes.

BOURDIEU, P. (1998). La domination masculine. Paris : Seuil.

CONNELL, R. (2002). Gender. Cambridge: Polity Press.

Continuer la lecture de « Qe’est-ce que la psychologie politique ? »

Qu’est-ce que la psychologie politique?

Qu’est-ce que la psychologie politique?
1er CYCLE DE SEMINAIRES
chaque dernier lundi du mois à la MSH de janvier à juin 2003

Déroulement des séances :

A chaque séance, deux ou trois participants introduisent quelques textes de références sur le thème retenu. L’ensemble des textes ainsi présentés sont rassemblés dans le “ volume documentaire 2003 ” qui sera proposé aux membres d’EPoPs. Ensuite, à partir des présentations introductives et des réactions qu’elles ont suscitées, l’ensemble des participants de la séance discute de manière libre, notamment les aspects méthodologiques et la dimension interdisciplinaire. Enfin, chaque séance est conclue par un chercheur ou professeur confirmé qui synthétise et comment les débats. Un compte-rendu écrit de chaque séance sera transmis aux membres d’EPoPs.

* les textes accompagnés de ce symbole existent en version française et en version anglaise

Lundi 27 janvier : Histoire et développements de la psychologie politique

 * Barrows Susanna, Miroirs déformants : réflexions sur la foule en France à la fin du 19e siècle. Paris : Aubier, 1990, 226 p.

Dorna, Alexandre Fondements de la psychologie politique. PUF, Paris 1998. Chapitre 5 : “ Les matrices nationales de la psychologie politique ”, pp. 81-175.

Rokeach Milton, The open and closed mind : investigations into the nature of belief systems and personality systems. New York : Basic Books, 1960. (aspects généraux)

Lundi 24 février: Regards croisés: La dimension psychologique pour les politisées et les phénomènes politiques pour les psychologues sociaux

Doise, Willem, et Staerklé, Christian. “From Social to Political Psychology: The Societal Approach” in Monroe, Kristen R. (Ed.) Political Psychology. Londres : Lawrence Erlbaum, 2002, pp. 151-172.

Marie, Jean-Louis. “ Pour une approche pluridisciplinaire des modes ordinaires de connaissance et de construction du politique ” in Marie, Jean-Louis, Dujardin, Philippe. & Balme, Richard (éds), L’ordinaire. Modes d’accès et pertinence pour les sciences sociales et humaines. Paris : L’Harmattan, 2002 ; pp. 23-68.

Hermès, n° 5-6 (“ Individus et Politique ”), 1989 :
– Moscovici, Serge, “ Les thèmes d’une psychologie politique ”, p. 13-20.
– Dorna, Alexandre, “ La psychologie politique : un carrefour pluridisciplinaire ”, p. 181-199.

Lundi 31 mars :  Regards croisés: Diversité des approches

Weltman, David and Billig, Michael. “The political psychology of contemporary anti-politics: a discursive approach to the end-of-ideology era” in Political Psychology, 22/2001; pp. 367-382.

Brubaker, R. & F. Cooper “Beyond Identity” in Theory and Society 29/2000; p. 1-47.

Jovchelovitch, S. “In Defence of Representations” in Journal for the Theory of Social Behavour 26 (2)/1996; pp. 121-135.

Augoustinos, M. “Social Categorisation: Towards Theoretical Integration” in Deaux, K. & Philogene, G. Representations of the Social. Bridging Theoretical Traditions.

Tom Bryder, “Political Psychology in Western Europe” in Hermann, Margaret G. (Ed.) Political Psychology. San Francisco : Jossey-Bass, 1986; pp. 434-466.

Continuer la lecture de « Qu’est-ce que la psychologie politique? »