Résumés des présentations au First Symposium for Societal Political Psychologie

Organisateurs: Thalia Magioglou et Maria Geka.
Discutantes : Maria Teresa Avila Costa et Helen Haste

Introduction par les organisateurs de l’atelier

1. Thalia Magioglou: “ La “créativité sociale” du sens commun: les représentations innovantes des jeunes grecs pour la démocratie à travers l’analyse narrative de leur discours. 

Common sense thinking as an object of study for Societal Political Psychology

The creative dimension of common sens thinking in the case of the representations of young Greeks for democracy.

Thalia Magioglou
University of Picardie Jules Verne
Maison des Sciences de l’Homme de Paris
thalia.magioglou@wanadoo.fr

 

Introduction

Our study focuses on the quality of common sense thinking on democracy : the tradition of public opinion studies present a current –minimalism, according to Sniderman (1998) – that qualifies everyday thinking as defective, bringing attempt, in this way, to the legitimacy of the « people’s choice » to decide for the future of a democratic system. By analyzing non directive interviews on the subject of democracy, we discover two tendencies in common sense thinking : on the one hand, common sense is intimately linked to other ways of social thinking such as ideological and scientific, or logical thinking. Ideology and logic organize what young Greeks think about democracy. On the other hand, although the discourse of a person is organized according to these two principles as a whole, if we focus on particular issues, there are inherent contradictions that appear in each interview. Our presentation is focused on the importance of the contradictory and ambivalent dimension of common sens thinking. This contradictory element is related to the creative character of common sense as a form of social thinking : bringing together ideas that don’t match according to logic or idelogy, allows new combinations and new representations of democracy to appear.

The choice of democracy as an object of study is related to its importance in the contemporary world. The collapse of the communist system and the devaluation of communist ideology, the welfare state crisis in Western democracies and the important role of globalization have an effect on the way people represent and evaluate democracy. In what way do young citizens experience these transformations?

Some elements of theory

Our theoretical approach is situated within the framework of a field that is currently developing in Europe, that of political psychology. We rely on two scientific traditions: the European approach of social psychology, most particularly, that of Social Representations and the studies of public opinion in the United States.

Based on Piajet, European social psychology provides us with an approach that emphasizes that individual thinking is embedded in society and conceives everyday common sense as an inherently “social” type of thinking. The Social Representation’s paradigm (Moscovici, 1961; Doise, 1986), that is part of this tradition, focuses on the way common sense integrates a social object that is new. and narrative for common sense.

When it comes to the “creative” and contradictory aspect of common sense, we stress, with our research findings, the particularity of political objects of study, compared to other research objects. For example, democracy in Greece nowadays is a familiar notion and cannot be studied in the same way as social objects that are « new » and need to become integrated to common sense thinking- bio-technology, …-  Demorcacy is « invented » by common sense on a day to day basis, as we can observe in our research interviews.

Data collection and analysis

We have conducted in-depth, non-directive interviews, with young adults, asking what « democracy » evokes to them. The sample consistes of 30 young people between 18 and 26 years old, men and women, students in different fields, or people who work, coming from different social backgrounds, originally from Athens or the countryside, with different political orientations. The social status of the participants was defined with the combination of educational level, occupation of the parents and the part of Athens they live in. Concerning the definition of their political orientation, we took into consideration the occupation of the parents and the interests of the interviewee.

Our presentation is based on the narrative analysis we propose, based on Bruner’s (2000) assumptions concerning the role of argumentation and narrative for the informal social thinking and Billig’s position on the role of argumentation in everyday thinking (1994).

Results

Our analysis approaches interviews as narratives and focuses on the way contradictions, from a logical and ideological point of view come together to form innovative representations of democracy. We qualify these representations as innovative, compared to what formal political ideologies and different currents of political science define as such. In that way, the dualistic way of thinking is associated to a « metaphysical » representation of democracy, whereas the consensual way of thinking is linked to a « private » or interpersonal representation of democracy. Although both representations recognize the importance of the formal, representative political system, they develop these « new » approaches that dissociate democracy from the public sphere.

2. Maria Geka

L’apport du modèle des  représentations sociales à l’étude du politique.

Le concept du politique est un concept polysémique et abstrait renvoyant à plusieurs dimensions et niveau d’explication. D’après des études théoriques, il peut impliquer:

  • Le système institutionnel de la démocratie représentative (système de la plupart des pays occidentaux), ses acteurs, ses pratiques, ses fonctions. Ce cadre fait référence au  pouvoir institutionnel mettant en évidence d’autres aspects comme les relations entre les états, entre les agents sociaux, les rapports conflictuels, les prises de décision etc.
  • La manière d’action dans le cadre d’un système: aspect idéologique.
  • Les problèmes sociaux ou politiques qui impliquent leur pris en charge et leur solution ou débat par le pouvoir institutionnel
  • La vie d’un ensemble social et son organisation.

Toutes ces dimensions théoriques du politique ne nous permettent d’intégrer  dans son analyse le regard que portent les citoyens ordinaires sur ce qu’est la politique. Le modèle des représentations sociales (RS) dispose les moyens épistémologiques et méthodologique pour étudier le politique comme concept (objet de représentation) mais aussi comme phénomène dit politique. Les RS privilégient le schéma triangulaire et dialectique entre sujet individuel ou collectif, objet et contexte, permettant d’intégrer dans leur analyse:

  • L’étude des processus cognitifs et des facteurs sociaux
  • Les pratiques et les dynamiques sociales
  • Le cadre historique, culturel et idéologique

L’essentiel de l’analyse ne sont pas les corrélations statistiquement significatives entre des attributs objectifs (démographiques, socio-économiques) mais comment les personnes produisent leurs opinions, comment et à partir quoi elle élaborent leurs jugements et leurs choix. Ainsi le politique peut être étudié non seulement comme lien institutionnel mais aussi social, idéologique et symbolique.

Des propos théoriques sur l’apport du modèle des représentations sociales à l’étude du politique, seront illustrés avec des données empiriques. Ces résultats mettent en évidence le contenu et la structure représentationnels du politique qui s’organise autour de trois axes conceptuels : a) les attributs négatifs et de jugement, b) les attributs concrets et institutionnels c) les attributs positifs et conceptuels.

3. Maria Estela Ortega Rubi
Universidad Autonoma de Nuevo Leon, Monterrey, Mexico

LA REPRESENTATION SOCIALE DU POUVOIR, LA ESTRUCTURE SEMANTIQUE À PARTIR D’UNE ANALYSE D’ASSOCIATION DE MOTS. CHEZ DES  JEUNES UNIVERSITAIRES MEXICAINS.

Introduction

Le pouvoir est au centre des problèmes concernant la vie des groupes. Dans les situations sociales d’interaction où puisse resurgir un consensus, le pouvoir apparaît comme une force qui met en distance aux individus qui participent à la prise de décisions. Dans ce dynamique de fonctionnement des groupes on peut observer que des relations du pouvoir sont mises en joue, et des stratégies d’influence et de domination ressortiront entre les groupes ou les individus. Ceux-ci chercheront arriver au consensus à travers de l’obéissance ou le conformisme, en utilisant des divers moyens comme la transmission d’ordres, l’application des lois, des règles et des normes, la séduction, la négociation et la stigmatisation entre autres. N‘est pas seulement dans la complexité de la vie groupale que le pouvoir se manifeste clairement, il est présent dans plusieurs situations d’interaction sociale dans la vie quotidienne, faire une recherche sur le rôle et la signification qui a le pouvoir impliquerait approfondir dans la relation établit entre les structures sociales et les pensées sociales. Le but serait de reconnaître et de comprendre quels sont les processus d’intériorisation, d’identification, d’idéalisation et de représentation du pouvoir parmi les membres de la société.

Deuxième Session

       4. Ivan Abarca

El candidato : espaces réelles et fictionnelles dans l’image et le discours politique de la campagne présidentielle mexicaine de l’année 2000

La campagne présidentielle mexicaine en 2000 a été caractérisée par la forte présence des médias, notamment la télévision. Dans cette campagne, il y a eu une grande diversité de programmes, en  particulier la telenovela (feuilleton télévisé) El candidato. Ce feuilleton se situe de manière parallèle à la campagne réelle (du 16/08/99 au 16/06/00). Dans le feuilleton, il y avait trois candidats en campagne comme dans la réalité. Le feuilleton mélangeait la réalité dans la fiction, c’est-à-dire qu’il y avait des références évidentes à la vie des politiciens reconnus et on y trouvait aussi des références à l’actualité de la politique nationale presque en temps réel. Le 09/09/99 le candidat Vicente Fox, donne un discours avec l’étendard de la Vierge de Guadalupe.  Dans la même semaine, le candidat de la fiction (F. Valderrama) qui est censé représenter V. Fox, donne aussi un discours avec l’étendard de la Vierge de Guadalupe. On analysera ce cas précis, en s’appuyant sur la théorie de l’intégration conceptuelle de Gilles Fauconnier. L’intégration conceptuelle traite (en général), les constructions associées au discours (oral et visuel), les schémas conceptuels et les modèles cognitifs. Nous allons voir la présence de la réalité dans la fiction et une des constructions du sens possible que les télés électeurs peuvent être amené à faire.

5. Daniella Rocha*

« Le symbolique chez les petistas : considérations autour des conventions préparatoires au II Congrès du Parti des Travailleurs (1999), dans la région du District Fédéral au Brésil»

Cette proposition de travail concerne une enquête de terrain menée pendant 6 mois (septembre 1999-mars 2000)[1] auprès du Parti des Travailleurs à Brasilia, dans le cadre de ma recherche de doctorat[2]. Il s’agit d’une recherche qui a l’objectif de comprendre les logiques intervenant au sein de l’espace social de ce parti politique. L’approche développée cherche à concilier un regard sur les facteurs d’ordre objectif ainsi que subjectif déterminant les modes d’action et les relations tissées entre les acteurs en place.

Pour considérer que le phénomène politique, et notamment un parti de militants tel le PT, suscite de passions et d’autres types de sentiments qui vont au-delà du domaine rationnel, cette recherche a accordé un regard privilégié aux aspects symboliques de la vie partisane. On propose ici une discussion partant de l’analyse des conventions du Parti des Travailleurs du District Fédéral (PT/DF) eu lieu sur les plans de la circonscription zonale du Plano Piloto et Régional du DF en 1999 dans le cadre du II Congrès National du PT. À partir d’une démarche ethnographique – qui privilégie la dimension interactionnelle de l’espace politique – on a mis en lumière les rituels constitutifs de la vie partisane et tenté de cerner les aspects symboliques qui donnent cohérence et cohésion à ce parti. Au long de cette démarche (où ont été observés notamment les contextes de prise de parole, la distribution spatiale des acteurs et même leur façon de s’habiller) on a cherché à comprendre en particulier les conditions de circulation des acteurs à l’intérieur de l’espace partisan ainsi que la nature du lien militant existant dans cet espace. Il a été possible de conclure que les « affrontements ritualisés »[3] eu lieu dans ces conventions dérivent de la condition d’espace de luttes symboliques, dont la plupart s’avère des luttes de et pour le pouvoir, qui est propre à ce parti politique. Le lien des militants à ce parti ne repose pas uniquement sur des raisons instrumentales où à l’adhésion à un projet politique, mais également sur des éléments émotifs et symboliques (estime, autorité, sentiment de « dette ») qui l’attachent à cet espace. Les conventions du PT/DF  constituent les moments par excellence de la vie militante, c’est dans ce cadre que tout militant aurai occasion de prendre parole et d’intervenir dans les directives du parti. Et bien que le caractère effectivement décisoire attribué à ces conventions, d’après les documents statutaires, ne soit pas entièrement réel (étant donné que les principales décisions sont prises préalablement, ou même parallèlement, avant d’être ratifiées par l’assemblé des militants), ces moments sont cruciaux pour donner au militant le sentiment de participer dans la vie du parti.

     6. Christophe Scheidhauer 

La Quête d’Héroïsme, à l’intersection du Conflit, de la Participation et de l’Identification.

L’Exemple de Militants de l’Enseignement du Gallois, de l’Irlandais et de l’Alsacien.

 Il y a environ trente ans, les enseignements du gallois, de l’irlandais et de l’alsacien ont commencé à être organisés de façons de plus en plus similaires. Des filières « immersives », enseignant dans la langue ont été développées par des associations puis par le secteur public. Cette convergence constitue une rupture avec les époques précédentes, où les trois langues avaient des statuts très différents. Elle constitue a priori un mystère. Elle n’est pas due à la transformation des institutions nationales ou européennes. Les réformes de décentralisation ne sont pas corrélées chronologiquement, ni le programme européen de promotion des langues régionales.

La clef de ces changements réside plutôt dans la socialisation des groupes militants qui ont développé les nouvelles filières. Les nouvelles politiques éducatives sont chaque fois mises en place à la suite d’une crise dans les relations avec les autres enseignants et avec les cadres administratifs du secteur. Les militants étaient bien intégrés dans des communautés éducatives mais à un certain point leurs revendications n’ont plus été prises en compte. A ce moment, ils ont remis en cause l’ensemble de la politique d’enseignement et ont décidé d’imiter les mesures appliquées à d’autres langues minoritaires, entrant ainsi dans un rapport de collaboration et d’estime avec d’autres groupes militants.

Cette étude des interactions au sein du secteur scolaire montre que l’action militante a d’abord pour but de satisfaire le besoin de reconnaissance des acteurs, même si elle est objectivée en des termes généraux. Les militants expliquent en effet répondre au déclin de la langue. Néanmoins, une analyse systématique de leur discours révèle de nombreux paradoxes. En fait, celui-ci est structuré autour d’un certain nombre de constantes, de figures du récit : la communauté, l’ennemi, le traître. Par analogie avec d’autres analyses de récit, portant notamment sur les contes, on découvre que ces figures s’organisent autour d’une quatrième figure, parfaitement implicite, celle du héros- narrateur. On est alors amené à qualifier la motivation première des militants : une quête de reconnaissance, une quête d’héroïsme. La convergence des enseignements résulte de cette quête au plan international, lorsque les militants ne se sont plus sentis reconnus au niveau local.

Ce papier résulte d’une recherche doctorale de cinq ans, qui aboutira en juin prochain. Ses conclusions permettent notamment de requalifier les rapports entre conflit et conscience de groupe. Il propose de considérer la figure de l’ennemi comme un élément d’un discours héroïque qui soude le groupe. Ceci explique le caractère souvent fantasmatique de l’ennemi, son absence de réalité. Ce travail intègre en même temps qu’il critique plusieurs approches classiques de sciences sociales : analyse cognitive des politiques publiques, sociologie des groupes d’intérêt, analyse structurale du récit. Il montre par exemple qu’il existe une hiérarchie subjective dans les ensembles de représentations militantes. Elle ne correspond pas à des critères objectifs tels l’abstraction ou la généralité de l’idée. L’étude montre aussi que l’identité est toujours construite en interaction. L’auto- définition des différents acteurs : en l’occurrence militants, experts, enseignants, parents d’élève… ne nous renseigne pas sur les interactions interindividuelles qui se nouent et se dénouent. Or, ce sont elles qui expliquent le mieux l’action.

chrisscheidhauer@hotmail.com

7. Rafael Vasquez Garcia et Montserrat Tinto i Gimbernat :

Rafael Vázquez García. Department of Political Science and Administration (University of Granada, Spain) rvazquez@ugr.es

Montserrat Tintó i Gimbernat (University Pompeu Fabra, Barcelona, Spain) montserrat.tinto@upf.edu

 

Generating Networks? Social Trust, Solidarity and Civil Society. Spain in an European Comparative Perspective

Summary

The most important definition of social capital from the point of view of political culture research, as part of political science studies, is due to R. D. Putnam’s essays, where social capital has been defined and measured as generalized trust, norms of reciprocity and social networks.

It can be distinguished at least two main approaches in the search for answers to generation of social capital. For society-centered approaches, social capital is clearly linked and influenced by personal attitudes and social interactions. On the other hand, institution-centered approach see social capital shaped by governments, public policies and political institutions.

In this paper we adopt the first dimension and within it we make the former distinction between structural (social network) and attitudinal (trust and reciprocity) components, insisting on the importance of citizens’ attitudes to generate social involvement and, therefore, improve the quality of democracy. That is, to what extent social, interpersonal, trust and reciprocity norms are related to social involvement.

The aim in this paper is to show that earlier citizens’s attitudes are a very important factor to understand social and political participation. Since many years ago, social-interpersonal distrust is a typical Spanish and Mediterranean feature that separates Spanish case from other European situations. Moreover, we can add high percentages of institutional and political distrust in Spain.

Second, we’ll try to discover what type of civil society has been developed, which characteristics presents and what typology of voluntary organizations and more informal participation can been defined. Finally, our work underlines the influence of this generation of social capital on the strength of civil society and democracy.

We maintain that Spanish associationism is basically characterized by the predominance of  individualistic and hedonistic values and, therefore, its consequences are limited to a very small group, but there is no an idea of common good. For Spain, generally speaking, it can be affirmed that there is no more ties than those which refers  to individuals and families or small and informal groups.  Although we can find some solidarity, specially in close spheres, there is not generalized and extensive social trust  beyond the family or the circle of friends. In Spain is found a lengthy tradition of amoralism, insolidarity and apoliticism that makes difficult the emergence of a genuine civil society. Survey data show that social capital in Spain is weak, limited and “soft”. It’s more informal (mainly, informal links within the family) that formal, and more thin (sporadic and casual relations) than thick. These types of involvement don’t produce strong ties and are associated with individualistic and hedonistic values. In addition, we must mark another element for discussing, and this is the fact that contemporary society, or the moral culture of society, is becoming even more individualistic and egocentric.

This paper is based on survey data, most of which come from World Values Survey, European Social Survey (2002-2003) and CIS (Spanish Centro de Investigaciones Sociológicas).

Troisième Session

       8. Jonathan White

 Mass Conceptions of Political Space in the EU

Jonathan White
European University Institute
Jonathan.White@iue.it

In political discourse and in academic political theory, the analysis of popular attitudes in the EU has tended to be conducted within the framework of one particular debate: how far it is possible to create a shared political identity for the populations of the EU.  Without a minimum sense of shared purpose, it is said, there is no ‘European demos’, and so a ‘democratic deficit’ results.  Implicit in much of this discussion is a particular conceptual model: a series of layers of political identity – regional, national and to a greater or lesser extent European – is seen as existing in hierarchical form.

This approach is problematic on three counts.  Firstly it rather arbitrarily conflates the way people think with the structure of a federal governmental system, anachronistic in those cases where the state is centralised, reductive in all cases in that only loyalty to territorial institutions is considered.  Secondly it necessarily presumes a high degree of coherence and stability of views.  Thirdly it leads to a distracting preoccupation with symbols (flags, hymns etc.) which may have little to do with people’s willingness to vote.  Whilst territorial loyalties do exist, and they do endure, they must not be treated as the only units of analysis.  Quite as important is to examine how people think via issues, via the problems they encounter, and to focus not so much on the loyalties they pronounce at any given time (these may be fluid, as the Irish referenda on the Nice Treaty suggest) but on the political context in which they situate these problems as they evaluate them.  To focus, in other words, on their conceptions of political space: whether they see all political issues as purely domestic, or whether there are some which they see in wider terms as transnational in origin and scope, and potentially requiring address by policies formed at a higher than national level.  These are questions highly relevant to the EU’s future: meaningful politics requires, after all, that voters have a sense of common predicament and shared fate in the issues which matter to them.

These observations provide the basis for an alternative model I propose.  In it, I speak of the issue-areas that are the subject of conceptions of political space as Domains of Political Space (DPS).  Though these will be fully categorised only in the light of empirical analysis, for illustrative purposes one can think of six: the Economy, the Environment, Foreign Policy, Justice, Welfare (including education, transport, health and social protection), and Immigration / Citizenship.  Drawing on the work of Philip Converse, I anticipate a high degree of constraint between domains amongst elites and experts (who are likely to seek consistency of perspective across issues) but expect for the bulk of populations such constraint to be weak or absent: transnational conceptions of political space in one or two isolated domains may coexist with non-transnational conceptions (or indeed, a lack of any kind of conception) of political space in other domains.  Moreover, I predict two major influences on a subject’s conceptions of political space: 1) the salience of particular issue-areas in their national political sphere; 2) such daily experiences as those related to occupation.  I postulate, following Converse, that populations are divided into issue publics – groups that have a particular concern (and therefore potentially a wider conception of political space) in one or a few issue-areas.  Small manufacturers such as wine producers, for example, subject to quality controls from Brussels and sensitive to foreign markets and transnational competition, perhaps even recruiters of foreign labour, might well consider economic issues in a broader political context than those in a profession (e.g. teaching) where such issues are less directly important.

These ideas are part of a PhD project which will be developed over the coming few years with an exploratory empirical study based on focus-group interviews in Britain, Germany and potentially the Czech Republic.

9. Juan Guerrero, Doctorant en sociologie EHESS/CEMS

Impliquer un public international: Appels de solidarité avec les communautés de populations déplacées par le conflit armé colombien

Importé du discours philosophique de la modernité par la sociologie et la science politique, le concept d’espace public s’est traditionnellement circonscrit à la réflexion sur la démocratie au sein de l’État-nation. Raisonnant essentiellement en termes de définition des conditions du vivre ensemble et de formation de la volonté collective dans le cadre étatique, les théories classiques de l’espace public ont négligé les dimensions internationales du public. Celles-ci sont pourtant de plus en plus manifestes dans le monde contemporain. En témoigne, par exemple, le fait qu’aujourd’hui certaines guerres – localisées et lointaines – puissent devenir l’objet de préoccupation et de débat en dehors des sphères étatiques où elles se situent.

Cette communication analyse la constitution des publics dont l’enjeu est l’affirmation d’une solidarité plus large que celle qui caractérise la relation entre concitoyens, au sens où elle suppose d’éprouver un sentiment de pitié à l’égard d’une situation de souffrance lointaine. C’est la mise en œuvre du “principe de publicité” au niveau des relations internationales dans les situations de crise humanitaire qui retient notre attention. La métaphore spatiale du concept d’espace public ne sera guère évoquée ici. Certes, rien ne nous empêche de penser à l’existence d’une sorte d’“espace public international”, en concevant celui-ci comme le lieu de révélation sur la scène internationale de ce qui se passe à l’intérieur des espaces souverains. Toutefois, lorsque nous décrivons l’internationalisation de crises intra-étatiques, nous constatons qu’un tel espace n’a rien d’homogène, qu’il est difficile de le situer et qu’il constitue plutôt une étendue éclatée. C’est pourquoi la prudence s’impose d’emblée dans l’utilisation du concept d’espace public. Il convient principalement de mettre l’accent sur le mot “public” : c’est bien aux modalités de mise en œuvre d’un genre déterminé d’activité – l’action publique – que nous nous intéressons. L’espace dont il s’agit signifie, plutôt qu’une “étendue” – ce qui unit et sépare les êtres humains –, le fait que des agents et des patients apparaissent et que leur situation en vienne à constituer un foyer d’attention pour un public de spectateurs, une raison de se mobiliser et de leur venir en aide. L’espace est celui de la constitution de leur relation, à travers ses médiations propres, à savoir la relation d’aide humanitaire comme action publique.

La présentation examine les modalités d’action qui essaient de faire apparaître sur l’espace public français une crise humanitaire en Colombie. Le regard est posé non seulement sur le travail d’information du grand public réalisé par les journalistes de la presse quotidienne, mais aussi sur les alertes provenant des interactions sociales entre les protagonistes de l’action humanitaire. Il s’agit de décrire les bases sur lesquelles la presse et les organisations non gouvernementales (ONG) tentent de participer à la formation d’un “public élargi” – autrement dit, un public qui déborde les frontières de l’État colombien –, autour de la problématique du déplacement forcé des populations en Colombie. Il importe de souligner les obstacles rencontrés dans la constitution et la mobilisation d’un tel public. Il s’agit également de mettre l’accent sur les opérations de catégorisation de la situation colombienne réalisées par la presse d’information et les ONG. Nous voulons mettre en lumière le fait que la presse et les ONG partagent tous deux la même difficulté à trouver “une” ou “des entrées” qui stabilisent la description de la situation colombienne à travers un récit ayant une orientation dominante. C’est-à-dire un récit qui permettrait de dire: “Voilà, dans cette situation, ce qui est l’aspect essentiel”. Dans le cas colombien, on a affaire à des reportages et des commentaires qui ne parviennent pas à faire émerger une vision globale de la situation en cause. On a aussi affaire à la quasi-impossibilité des ONG à constituer une cause et à définir un programme d’action susceptible de redonner aux “victimes” les moyens de faire face aux troubles et de les contenir.

Discussion générale et Conclusions


* Doctorante en Sociologie au CEMS (Centre d’Étude des Mouvements Sociaux), École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Paris.

[1] Cette enquête a compris la réalisation d’interviews avec des dirigeants du PT/DF, la passation de questionnaires auprès des adhérents (n= 380) ainsi que la réalisation de plusieurs activités d’observation dans le parti (conventions, réunions internes, etc.)

[2] « Modes d’action et relations de pouvoir au sein du Parti des Travailleurs au Brésil : le cas du District Fédéral », sous la direction de Monique de Saint Martin, soutenance prévue pour novembre 2004.

[3] M. Abélès (op. cit.) désigne comme des « affrontements ritualisés » les interactions établis entre les hommes politiques français lors des séances parlementaires au sein de l’Assemblée Nationale. Il oppose cette notion à celle de la théâtralisation du politique, qui suppose une mise en scène de la part de acteurs concernés. La notion d’affrontement ritualisé, contrairement, veut mettre en évidence le caractère réel des luttes établies entre ces hommes politiques. Cf. Abélès, Un ethnologue à l’Assemblé, Paris, Odile Jacob, 2000.


2 pensées sur “Résumés des présentations au First Symposium for Societal Political Psychologie”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *