L’entretien non directif comme modèle générique d’interactions

Thalia Magioglou
Centre de Recherches en Psychologie, Université de Bretagne occidentale, Brest France.

Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 2008/2 (Numéro 78)

Abstract

L’article porte sur l’utilisation de l’entretien non directif pour la recherche à partir d’une perspective épistémologique dialogique (Moscovici, 1984 ; Markova, 2003 ; Bakhtin, 1981). L’entretien non directif est envisagé comme un modèle générique d’interactions, qui permet la mise en scène par l’interviewé des « dialogues » multiples et des discours sociaux auxquels il participe en tant qu’acteur ou récepteur. L’interviewé projette sur l’interviewer divers rôles, par exemple, ceux de ses interlocuteurs habituels. Il s’investit aussi des « soi multiples » en personnifiant des acteurs individuels et collectifs qui participent au débat social sur l’objet de l’étude. Nous soutenons que le manque de neutralité et l’aspect « artificiel » de l’entretien, qui ont été critiqués (Bourdieu, Chamboredon et Passeron, 1983), constituent en effet, une qualité pour la recherche. L’entretien non directif ne sert pas à révéler « la » vérité de l’interviewé sur un objet donné, par un interviewer neutre et objectif, mais permet à la pensée du sens commun de se construire dans sa complexité.

Mots clés : entretien non directif, approche dialogique, sens commun, interaction sociale, représentations sociales.

Lire l’article en texte intégral.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.