The Creative Dimension of Lay Thinking in the Case of the Representation of Democracy for Greek Youth

Thalia Magioglou
Fondation Maison des sciences de l’homme, Paris, France
CURAPP, Amiens, France (December 2008)

Culture & Psychology, June 2012, 18 (2)

doi: 10.1177/1354067X08096510

Abstract

This article intends to make a contribution to the study of lay thinking on democracy and proposes a theoretical framework based on the notion of the `argumentative pole’ that I have developed in my Ph.D. dissertation (Magioglou, 2005) and will be further presented in a series of articles. It focuses on the dialogical and creative dimension of lay thinking, based in a question—answer style. Argumentative poles are a number of open questions, such as `what is good?’, or what is democracy?’, `who should act?’ and `how?’, that attract different and, at times, opposing answers. The answers present a dynamic tension between an organized and an ambivalent dimension. In this article, the presentation is focused on the contradictory and ambivalent dimension of lay thinking and draws, from a theoretical point of view, on perspectives in social and cultural psychology (Bruner, 1986; Marková, 2003; Moscovici, 1976; Valsiner & Van der Veer, 2000) that attend to language and social and cultural context. This contradictory element is related to the creative character of lay thinking as a form of social thinking: bringing together ideas that do not match according to logic or ideology, which allows new combinations and new representations of democracy to appear. I present data from the narrative analysis because it led to the notion of the `argumentative pole’. The logic of the presentation is theoretical and does not follow a linear demonstrative style. It is typical of qualitative research (Flick, 2002), where the results of the data analysis inspire a `grounded’ theory that fits the research questions (Strauss, 1987).

Key Words: ambivalent thinking, argumentative pole, democracy, dialogical epistemology, lay thinking, meaning making, societal creativity.

Read full article.

L’entretien non directif comme modèle générique d’interactions

Thalia Magioglou
Centre de Recherches en Psychologie, Université de Bretagne occidentale, Brest France.

Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 2008/2 (Numéro 78)

Abstract

L’article porte sur l’utilisation de l’entretien non directif pour la recherche à partir d’une perspective épistémologique dialogique (Moscovici, 1984 ; Markova, 2003 ; Bakhtin, 1981). L’entretien non directif est envisagé comme un modèle générique d’interactions, qui permet la mise en scène par l’interviewé des « dialogues » multiples et des discours sociaux auxquels il participe en tant qu’acteur ou récepteur. L’interviewé projette sur l’interviewer divers rôles, par exemple, ceux de ses interlocuteurs habituels. Il s’investit aussi des « soi multiples » en personnifiant des acteurs individuels et collectifs qui participent au débat social sur l’objet de l’étude. Nous soutenons que le manque de neutralité et l’aspect « artificiel » de l’entretien, qui ont été critiqués (Bourdieu, Chamboredon et Passeron, 1983), constituent en effet, une qualité pour la recherche. L’entretien non directif ne sert pas à révéler « la » vérité de l’interviewé sur un objet donné, par un interviewer neutre et objectif, mais permet à la pensée du sens commun de se construire dans sa complexité.

Mots clés : entretien non directif, approche dialogique, sens commun, interaction sociale, représentations sociales.

Lire l’article en texte intégral.

Social Representations of Democracy; Ideal versus Reality: A qualitative study with young people in Greece

Thalia Magioglou

Fondation Maison des sciences de l’homme, Paris, France

Hellenic Observatory, 1st Symposium, London School of Economics, 2003.

Abstract

Democracy is a major issue in the contemporary world. The collapse of the communist world and the devaluation of communist ideology, the welfare state crisis in Western democracies and the important role of globalization have an effect on the way people think about democracy. In what way do citizens experience these transformations? Abstention from elections and action through humanitarian associations are examples of a new kind of citizen mobilization. More precisely, the present project aims to investigate the following:

  • The social construction of the meaning of democracy: how do people who live in a system considered to be democratic understand democracy? What does it mean to them?
  • The ideal and the representation of the reality of democracy. Which is the political system that young people wish for, and is it different from the one they live in? Do they have an ideal of democracy that is opposed to the one that they experience?
  • The limits of what they consider as possible in the real world. Is democracy, or their ideal political system possible or impossible according to them? If the ideal democracy is seen as impossible, there is no action in order to make it happen.

Democracy has a particular importance for Greek people; it is considered to be an element that somehow belongs to the Greek culture. From early education, the importance of ancient Greece and the fact that democracy was created in Athens is emphasized repeatedly, more so than other historical periods (see Fragoudaki and Dragonas, 1997). Representative democracy as a political system was introduced in Greece very soon after national independence from the Ottoman Empire, by the beginnings of the 20th century. Democratic government of the country has since been interrupted by the civil war that followed the end of World War II, and more recently by the military junta of 1967-1974. These are both significant elements in the construction of social memory, and should weigh heavily on the social representation of democracy.

Read full article.

The Theory of Enablement and Social Representations as Contributions to “Societal” Political Psychology

Some Thoughts on Valsiner (2003) and Wagner (2003)

Thalia Magioglou

Fondation Maison des sciences de l’homme, Paris, France

Papers on Social Representations, Volume 12, p. 11.1-11.3 (2003)

Abstract

Social Representation’s theory is a social psychological theory; Valsiner’s (2003) theory is a contribution from the perspective of cultural and developmental psychology that insists on the dynamic aspect of social representations. My main interest when I read both Jaan Valsiner’s (2003) “theory of enablement” and W. Wagner’s (2003) comment, was in their possible contribution to a “societal” political psychology, with an approach of the political that: 1. goes beyond the institutional dimension, and focuses on the ways individuals, groups and collectivities construct/ deal with conflicts and decide about their common future 2. pays particular attention to the analysis of the everyday, ‘ordinary’ citizens and common sense thinking.

Read full article.

Analyse de l’élection présidentielle : Le débat d’entre les deux tours (2 mai 2012)

Le débat d’entre les deux tours (2 mai 2012)
Une analyse de Pierre-Olivier Dupuy et Pascal Marchand avec la collaboration de Pierre Ratinaud.

A l’aide du logiciel Iramuteq (Pierre Ratinaud), nous analysons le duel Hollande / Sarkozy en le comparant aux débats précédents et en décrivant les caractéristiques lexicales des deux débatteurs. Nous analysons, depuis quelques années, les débats d’entre-deux tours de l’élection présidentielle française depuis 1974 [1]. Pour le débat 2012 entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, l’objectif que nous nous donnons est double :
– situer, dans l’histoire des débats d’entre-deux tours, le duel Hollande / Sarkozy et en dégager les spécificités par rapport aux précédents ;
– dégager les registres lexicaux privilégiés par chacun des débatteurs et tester nos hypothèses sur la « conquête lexicale » (Dupuy, 2008).

La durée exceptionnelle de ce débat associée aux nombreuses interruptions des deux débatteurs a entraîné une mise en forme plus longue. Nous avons pu récupérer plusieurs retranscriptions mais nous avons cherché, d’une part à respecter au mieux la forme orale, et d’autre part à la rendre comparable aux débats précédents. Les interventions des journalistes n’ont pas été prises en compte.

Pour accéder à l’analyse, cliquez ici.

Médiation Interculturelle : D.U. Gestion et Résolution des Conflits (Négociation et Médiation)


Le Diplôme Universitaire (D.U.) Gestion et Résolution des Conflits (Négociation et Médiation) a été créé en 1995, et depuis nous formons des professionnels spécialisés dans ce domaine. L’objectif est d’apporter, entre autres, aux acteurs de l’entreprise confrontés aux nombreux conflits, des outils d’analyses théoriques et des techniques concrètes liés aux pratiques sociales dans de nombreuses situations de la vie quotidienne et professionnelle.

A la lumière des pratiques sociales, ce D.U. se centre sur de nombreuses situations de la vie quotidienne et professionnelle avec une conception pluridisciplinaire (regard de l’économiste, du sociologue, du psychologue, …) sur les conflits et leur résolution.

Les cours sont assurés par des spécialistes dans le domaine de Négociation et Médiation, ayant presque tous une expérience pratique en négociation et dans des rôles de médiateur. C’est une des raisons du succès de cette formation depuis presque 16 ans.

La formation est ouverte aux personnes titulaires d’un diplôme de niveau bac+4 ou ayant 10 ans d’expérience professionnelle.

Les cours ont lieu dans le cadre de l’institut de Psychologie, Université Paris Descartes, 71, avenue Edouard Vaillant, 92774 Boulogne-Billancourt Cedex.

La date pour le dépôt des candidatures (initialement fixée au 15 octobre 2011) a été reportée, et les personnes intéressées peuvent déposer leur candidature jusqu’au 31 octobre 2011 (voir le document ci-joint pour l’inscription). Pour tous les renseignements complémentaires contacter : farzaneh.pahlavan@parisdescartes.fr.

Farzaneh Pahlavan,
Responsable scientifique du DU de gestion et résolution des conflits
Laboratoire de Psychologie des Menaces sociales et environnementales, EA 4471
Institut de Psychologie,
Université Paris Descartes
71, avenue Edouard Vaillant
92774 Boulogne-Billancourt Cedex
Tel : 01 55 20 58 73

Gestion et resolution des conflits 2011-2012

 

 

 


EPoPs

EPoPS (European Political Psychology) est un centre dans le domaine de la Psychologie Politique qui privilégie une approche sociétale et culturelle de la psychologie qui a été fondé en 2003. Basé à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) à Paris (France), EPoPs a des partenaires académiques internationaux. Ce centre se présente comme un terrain de rencontre interdisciplinaire entre, principalement, les sciences politiques, la psychologie sociale, l’anthropologie sociale, l’histoire, la linguistique et la sociologie. Au-delà de ce point de départ ouvert aux diverses sensibilités de recherche, l’objectif scientifique de EPoPs est de développer une démarche transdisciplinaire cohérente. Dans cette perspective, la psychologie politique n’est pas à considérer de manière institutionnelle comme une sous discipline des sciences politiques ou de psychologie mais comme une nouvelle approche des sciences sociales. Elle a plutôt une vocation programmatique en termes de projets de recherche et pourrait donc progressivement former des concepts qui lui seraient propres ainsi que des innovations méthodologiques. Une attention particulièrement sera accordée aux analyses du quotidien, des citoyens ordinaires et du sens commun relatives aux enjeux, aux institutions et aux organisations politiques. EPoPs veut aussi être en contact avec la vie sociale, ses enjeux et ses controverses. L’objectif est d’avoir des contacts réguliers avec tous types d’acteurs (associations, fondations, administrations…) intéressés par les travaux menés au sein d’EPoPs.

Résumés des présentations au First Symposium for Societal Political Psychologie

Organisateurs: Thalia Magioglou et Maria Geka.
Discutantes : Maria Teresa Avila Costa et Helen Haste

Introduction par les organisateurs de l’atelier

1. Thalia Magioglou: “ La “créativité sociale” du sens commun: les représentations innovantes des jeunes grecs pour la démocratie à travers l’analyse narrative de leur discours. 

Common sense thinking as an object of study for Societal Political Psychology

The creative dimension of common sens thinking in the case of the representations of young Greeks for democracy.

Thalia Magioglou
University of Picardie Jules Verne
Maison des Sciences de l’Homme de Paris
thalia.magioglou@wanadoo.fr

 

Introduction

Our study focuses on the quality of common sense thinking on democracy : the tradition of public opinion studies present a current –minimalism, according to Sniderman (1998) – that qualifies everyday thinking as defective, bringing attempt, in this way, to the legitimacy of the « people’s choice » to decide for the future of a democratic system. By analyzing non directive interviews on the subject of democracy, we discover two tendencies in common sense thinking : on the one hand, common sense is intimately linked to other ways of social thinking such as ideological and scientific, or logical thinking. Ideology and logic organize what young Greeks think about democracy. On the other hand, although the discourse of a person is organized according to these two principles as a whole, if we focus on particular issues, there are inherent contradictions that appear in each interview. Our presentation is focused on the importance of the contradictory and ambivalent dimension of common sens thinking. This contradictory element is related to the creative character of common sense as a form of social thinking : bringing together ideas that don’t match according to logic or idelogy, allows new combinations and new representations of democracy to appear.

The choice of democracy as an object of study is related to its importance in the contemporary world. The collapse of the communist system and the devaluation of communist ideology, the welfare state crisis in Western democracies and the important role of globalization have an effect on the way people represent and evaluate democracy. In what way do young citizens experience these transformations?

Some elements of theory

Our theoretical approach is situated within the framework of a field that is currently developing in Europe, that of political psychology. We rely on two scientific traditions: the European approach of social psychology, most particularly, that of Social Representations and the studies of public opinion in the United States.

Based on Piajet, European social psychology provides us with an approach that emphasizes that individual thinking is embedded in society and conceives everyday common sense as an inherently “social” type of thinking. The Social Representation’s paradigm (Moscovici, 1961; Doise, 1986), that is part of this tradition, focuses on the way common sense integrates a social object that is new. and narrative for common sense.

When it comes to the “creative” and contradictory aspect of common sense, we stress, with our research findings, the particularity of political objects of study, compared to other research objects. For example, democracy in Greece nowadays is a familiar notion and cannot be studied in the same way as social objects that are « new » and need to become integrated to common sense thinking- bio-technology, …-  Demorcacy is « invented » by common sense on a day to day basis, as we can observe in our research interviews.

Data collection and analysis

We have conducted in-depth, non-directive interviews, with young adults, asking what « democracy » evokes to them. The sample consistes of 30 young people between 18 and 26 years old, men and women, students in different fields, or people who work, coming from different social backgrounds, originally from Athens or the countryside, with different political orientations. The social status of the participants was defined with the combination of educational level, occupation of the parents and the part of Athens they live in. Concerning the definition of their political orientation, we took into consideration the occupation of the parents and the interests of the interviewee.

Our presentation is based on the narrative analysis we propose, based on Bruner’s (2000) assumptions concerning the role of argumentation and narrative for the informal social thinking and Billig’s position on the role of argumentation in everyday thinking (1994).

Results

Our analysis approaches interviews as narratives and focuses on the way contradictions, from a logical and ideological point of view come together to form innovative representations of democracy. We qualify these representations as innovative, compared to what formal political ideologies and different currents of political science define as such. In that way, the dualistic way of thinking is associated to a « metaphysical » representation of democracy, whereas the consensual way of thinking is linked to a « private » or interpersonal representation of democracy. Although both representations recognize the importance of the formal, representative political system, they develop these « new » approaches that dissociate democracy from the public sphere.

Continuer la lecture de Résumés des présentations au First Symposium for Societal Political Psychologie

Issues in Societal Political Psychology: Domination and Empowerment

Racisme, xénophobie et formes de reconnaissance modernes

Margarita Sanchez-Mazas
Groupe de Psychologie Sociale – Institut de Sociologie
Université Libre de Bruxelles
masanche@ulb.ac.be

Afin de mieux comprendre les processus psychosociaux impliqués dans les représentations et pratiques sociales fondées sur les critères de “couleur”, nationalité, origine “ethnique/culturelle”, désignées le plus souvent en termes de racisme et xénophobie, cette communication proposera un cadre interprétatif général. Recourant à la notion de reconnaissance et relevant la spécificité de celle-ci dans la modernité, ainsi qu’à une perspective historique, l’aptitude de ce cadre à éclairer le caractère à la fois persistant et changeant de ces phénomènes sera soulignée et illustrée au travers d’exemples de recherches américaines et européennes. Il sera avancé que le racisme et la xénophobie sont des instances de déni de reconnaissance servant des propos à la fois fonctionnels et symboliques dans une société donnée. Une approche psychosociale intégrant les apports de sciences sociales voisines sera défendue.

Racism, xenphobia and forms of modern recognition

  In order to better understand the social psychological processes involved in social representations and practices based on criteria such as « skin colour », nationality, ethnic/cultural origin (phenomenon often referred to in terms of racism or xenophobia) the present communication proposes a general interpretative framework. Relying on the notion of recognition and its specific definition within modern times, and adopting a historical perspective, I will posit that this framework allows to shed light on the persistent and changing nature of these phenomena and illustrate this with American and European examples.  It will be argued that racism and xenophobia are instances of different denials of recognition serving both functional and symbolic purposes in a given society. A psychosocial approach integrating contributions from neighboring social sciences will be supported.

First Symposium for Societal Political Psychology

First Symposium for Societal Political Psychology
June 4-5, 2004
PROGRAM

June 2004, Thursday the 3rd :
6:30 pm, MSH (54, bd Raspail, cafeteria) – Social welcome event : Cocktail

June 2004, Friday the 4th
8:45 – Registration, – (salle d’accueil de l’EHESS, 105, bd Raspail)
9:00-10:45am, EHESS – (amphitheatre, EHESS, 105, Bd Raspail)

Welcome and introduction of EPoPs and Maison des Sciences de l’Homme

« Defining Societal Political Psychology »

Moderator: Lucy Baugnet, University of Picardie, Jules Verne

Round Table of Invited speakers:
Helen Haste, Harvard University; University of Bath, England
Alexandre Dorna, University of Caen
Ewa Drozda-Senkowska, Université de Paris V
Maria Teresa Acosta Avila, Universidad Autonoma Metropolitana, Mexico
Nicoletta Cavazza, Università di Modena-Reggio Emilia
Michele Roccato, Università di Torino
Margarita Sanchez-Mazas, Université Libre de Bruxelles

10:45 – 11:00 am – Coffee Break

11:00 – 12:30 pm – Round Table of Invited speakers and Discussion, continuation, (amphitheatre, EHESS, 105, bd Raspail)

12:30-2:00 pm – Lunch

2:00-3:30 pm – Presentation – (amphi, 105, Bd Raspail)

« Issues in Societal Political Psychology »

Maria Teresa Acosta Avila, Universidad Autonoma Metropolitana, Mexico: Représentations sociales du pouvoir chez les adolescents au Mexique

Nicoletta Cavazza and Michele Roccato, Università di Modena-Reggio Emilia – Università di Torino:

Structure du champ politique en Italie: représentations et sources d’identification
Debate

Continuer la lecture de First Symposium for Societal Political Psychology

Qe’est-ce que la psychologie politique ?

Qu’est-ce que la psychologie politique?
1er CYCLE DE SEMINAIRES
chaque dernier lundi du mois à la MSH de janvier à juin 2003

Déroulement des séances :
Pendant l’année académique 2003-2004 EPoPs continue la réflexion sur la Psychologie Politique en organisant une série des séminaires.

A chaque séance, est présenté une étude en cours, associée à la problématique de la psychologie politique. Ensuite, à partir des présentations introductives et des interrogations qu’elles ont suscitées, l’ensemble des participants de la séance sont invités à débattre, notamment les aspects politiques, théoriques et méthodologiques . En s’appuyant sur cette présentation, les participants sont invités à débattre et à réfléchir de façon critique et novatrice. La dimension interdisciplinaire est assurée par l’intervention des discutants provenant de disciplines variées des sciences sociales. Dans cette démarche, les axes privilégiés par EpoPs – l’analyse du quotidien, des citoyen/nes ordinaires, du sens commun et notre conception élargie du politique- sont mis en question. Un compte-rendu écrit de chaque séance sera transmis aux membres d’EPoPs.

Des séances extraordinaires sont aussi prévues. EpoPs s’engage à élargir le débat en invitant des chercheurs des différents pays pour présenter leurs travaux.

Le 2e Cycle des séminaires est centré sur trois dimensions :
Questions de Participation Politique
Questions méthodologiques
Psychologie Politique Sociétale et idées démocratiques

* les textes accompagnés de ce symbole existent en version française et en version anglaise

a. Questions de Participation Politique

Jeudi 30 octobre 2003: Les Représentations Sociales et l’étude du politique.

Maria Geka présente les liens du modèle théorique des Représentations Sociales à l’étude du politique: notamment, elle accéntue la polysémie du politique, l’apport de la théorie des Représentations Sociales et son articulation aux axes de travail de l’EPOPS. Thalia Magioglou s’associe à cette présentation en approfondissant ce dernier aspect. sur les Représentations Sociales et leur lien à la problématique de la Psychologie Politique. Les articles suivants sont proposés:

BAUGNET, L. (2001). Discours des jeunes et comportement électoral, la “ classe politique ” en procès. Bulletin de psychologie, tome 54 (6), 456, novembre-décembre, 722-733.

BOURDIEU, P. (2000). Propos sur le champ politique, Paris, Presses Universitaires de Lyon.

DOISE, W. (1985). Les représentations sociales : définition d’un concept, in Connexions, n° 45, 243-253.

 

Jeudi 11 décembre 2003: Le Genre en débat: Le modèle de l’asymétrie symbolique du genre

Joao Manuel de Oliveira de l’ISCTE, Lisbonne, discute le modèle de l’asymétrie symbolique du genre. Il présente ce modèle et des recherches portugaises qui constituent son support empirique. Dans le débat qui suit il examine la contribution de ce type d’exploration empirique et théorique pour la psychologie politique, la psychologie sociale, la sociologie, et les études de genre. Les articles suivants sont proposés:

AMANCIO, L. (1997). The importance of being male : ideology and context in gender identities. Revue Internationale de Psychologie Sociale, 2, 179-198.

AMANCIO, L. (2003). Gender and Psychology: the analysis of an unhappy marriage under the light of social representations. In M. Lavalée, S. Vincent, C. Ouellet & C. Garnier. Les Représentations Sociales : constructions nouvelles. Montréal : Université du Québec à Montreal. Disponible sur la web : http://www.unites.uqam.ca/geirso/livre_repres_sociales/pdf/Section3/Genre/Amancio.pdf

de BEAUVOIR, S. (1949). Le Deuxième Sexe. Paris : Gallimard

GUILLAUMIN, C. (1991). Sexe, race et pratique du pouvoir. Paris: Coté – Femmes.

BOURDIEU, P. (1998). La domination masculine. Paris : Seuil.

CONNELL, R. (2002). Gender. Cambridge: Polity Press.

Continuer la lecture de Qe’est-ce que la psychologie politique ?

Qu’est-ce que la psychologie politique?

Qu’est-ce que la psychologie politique?
1er CYCLE DE SEMINAIRES
chaque dernier lundi du mois à la MSH de janvier à juin 2003

Déroulement des séances :

A chaque séance, deux ou trois participants introduisent quelques textes de références sur le thème retenu. L’ensemble des textes ainsi présentés sont rassemblés dans le “ volume documentaire 2003 ” qui sera proposé aux membres d’EPoPs. Ensuite, à partir des présentations introductives et des réactions qu’elles ont suscitées, l’ensemble des participants de la séance discute de manière libre, notamment les aspects méthodologiques et la dimension interdisciplinaire. Enfin, chaque séance est conclue par un chercheur ou professeur confirmé qui synthétise et comment les débats. Un compte-rendu écrit de chaque séance sera transmis aux membres d’EPoPs.

* les textes accompagnés de ce symbole existent en version française et en version anglaise

Lundi 27 janvier : Histoire et développements de la psychologie politique

 * Barrows Susanna, Miroirs déformants : réflexions sur la foule en France à la fin du 19e siècle. Paris : Aubier, 1990, 226 p.

Dorna, Alexandre Fondements de la psychologie politique. PUF, Paris 1998. Chapitre 5 : “ Les matrices nationales de la psychologie politique ”, pp. 81-175.

Rokeach Milton, The open and closed mind : investigations into the nature of belief systems and personality systems. New York : Basic Books, 1960. (aspects généraux)

Lundi 24 février: Regards croisés: La dimension psychologique pour les politisées et les phénomènes politiques pour les psychologues sociaux

Doise, Willem, et Staerklé, Christian. “From Social to Political Psychology: The Societal Approach” in Monroe, Kristen R. (Ed.) Political Psychology. Londres : Lawrence Erlbaum, 2002, pp. 151-172.

Marie, Jean-Louis. “ Pour une approche pluridisciplinaire des modes ordinaires de connaissance et de construction du politique ” in Marie, Jean-Louis, Dujardin, Philippe. & Balme, Richard (éds), L’ordinaire. Modes d’accès et pertinence pour les sciences sociales et humaines. Paris : L’Harmattan, 2002 ; pp. 23-68.

Hermès, n° 5-6 (“ Individus et Politique ”), 1989 :
– Moscovici, Serge, “ Les thèmes d’une psychologie politique ”, p. 13-20.
– Dorna, Alexandre, “ La psychologie politique : un carrefour pluridisciplinaire ”, p. 181-199.

Lundi 31 mars :  Regards croisés: Diversité des approches

Weltman, David and Billig, Michael. “The political psychology of contemporary anti-politics: a discursive approach to the end-of-ideology era” in Political Psychology, 22/2001; pp. 367-382.

Brubaker, R. & F. Cooper “Beyond Identity” in Theory and Society 29/2000; p. 1-47.

Jovchelovitch, S. “In Defence of Representations” in Journal for the Theory of Social Behavour 26 (2)/1996; pp. 121-135.

Augoustinos, M. “Social Categorisation: Towards Theoretical Integration” in Deaux, K. & Philogene, G. Representations of the Social. Bridging Theoretical Traditions.

Tom Bryder, “Political Psychology in Western Europe” in Hermann, Margaret G. (Ed.) Political Psychology. San Francisco : Jossey-Bass, 1986; pp. 434-466.

Continuer la lecture de Qu’est-ce que la psychologie politique?